Améliorer la qualité de vie

Bailleurs de fonds de la recherche

Le CCIO remercie sincèrement ses bailleurs de fonds qui financent ses recherches.


Fonds canadien de recherche sur les médecines complémentaires et alternatives

Le but premier du fonds canadien de recherche sur les médecines complémentaires et alternatives est d’accroître et d’améliorer la capacité de recherche sur les médecines complémentaires au Canada en appuyant et en finançant des études pertinentes et de calibre supérieur. Les sommes amassées servent à soutenir deux études : 1) une étude sur les soins intégratifs du cancer : évaluation participative et formative de l’intégration des praticiens au Centre de cancérologie intégrative d’Ottawa; 2) une étude avec un seul sujet sur un traitement homéopathique de la fatigue chez les patients suivant un traitement de chimiothérapie.

Instituts de recherche en santé du Canada

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) sont l’organisme du premier ministre du Canada chargé de la recherche en santé. Les fonds provenant des IRSC sont utilisés pour appuyer les efforts du CCIO en vue : d’élaborer un programme de recherche communautaire en oncologie intégrative. Le financement des IRSC permet aussi de soutenir deux grands examens de synthèse sur les produits de santé naturels utilisés par les personnes atteintes de cancer du poumon et du sein.

Gateway for Cancer Research

Depuis ses débuts, il y a près de vingt ans, l’organisme Gateway for Cancer Research cherche de meilleurs solutions de traitement pour les patients atteints de cancer—des solutions qui prolongent la vie, améliorent la qualité de vie et visent à guérir les gens. Le financement amassé par l’entremise de Gateway for Cancer Research sert à appuyer l’étude sur la mélatonine adjuvante dans la prévention de la réapparition et de la mortalité suivant une résection du cancer du poumon : sous-étude de la phase II d’un essai clinique par placebo sur des échantillons aléatoires et contrôlés.

Fondation commémorative Lotte et John Hecht

L’un des deux principaux objectifs de la fondation commémorative Lotte et John Hecht consiste à appuyer la recherche et le soutien des médecines complémentaires et alternatives, particulièrement dans le traitement du cancer. Les fonds obtenus par l’intermédiaire de la fondation commémorative Lotte et John Hecht servent à appuyer les activités continues du CCIO. C’est également grâce au financement de ce fonds que l’étude de faisabilité multiphase, à l’origine de l’élaboration du modèle du CCIO, a été possible. Par ailleurs, la fondation est le principal organisme qui appuie l’essai canadien sur plusieurs sites dirigé par le Dr Seely et portant sur la mélatonine adjuvante dans la prévention de la réapparition et de la mortalité suivant une résection du cancer du poumon : sous-étude de la phase II d’un essai clinique par placebo sur des échantillons aléatoires et contrôlés (AMPLCaRe).

Fondation du cancer de la région d’Ottawa

La Fondation du cancer de la région d’Ottawa (FCRO) appuie la recherche et les soins prodigués aux patients atteints de cancer afin de prévenir, de déceler, de diagnostiquer et de guérir le cancer. Les fonds versés par l’intermédiaire de la Fondation du cancer de la région d’Ottawa soutiennent nos recherches cliniques constantes sur l’innocuité et l’efficacité de l’administration intraveineuse de vitamine C, notamment :

  • l’étude de cohorte prospective sur un an sur l’impact de l’administration intraveineuse de vitamine C sur la qualité de vie des personnes atteintes de cancer du sein, du poumon, du pancréas et de l’ovaire;
  • l’étude de cohorte prospective sur cinq ans sur l’impact de l’usage de médecines complémentaires sur la survie après cinq ans et la réapparition de la maladie chez des personnes atteintes de cancer du sein, du poumon, du pancréas et de l’ovaire;
  • en plus de cette étude prospective à grande échelle, nous collaborons avec la FCRO afin de développer un essai sur échantillon aléatoire et rigoureusement contrôlé sur l’effet de l’administration intraveineuse de vitamine C chez des personnes atteintes de cancer du poumon « non à petites cellules ».