Améliorer la qualité de vie

Facteurs environnementaux

Parmi ses objectifs principaux, le CCIO cherche à réagir aux facteurs environnementaux qui concourent à l’apparition du cancer : en menant des recherches sur les effets de l’exposition à des substances toxiques et en sensibilisant le public aux façons de réduire toute exposition qui favorise le développement et la progression du cancer.


Les facteurs de risques environnementaux et le cancer

Selon des rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de chercheurs canadiens, le fardeau environnemental de la maladie pèse lourd. Les enquêteurs estiment que de 3 400 à 10 200 décès par cancer et de 8 000 à 24 000 nouveaux cas de cancer sont directement attribuables à l’exposition à des toxines présentes dans notre environnement.

En 2006, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu que, partout dans le monde, 23 pour cent de la mortalité et 24 pour cent du « nombre d’années vécues avec une incapacité corrigé » étaient reliés à des facteurs de risques environnementaux que l’on peut éviter. Santé Canada estime que de 10 pour cent à 15 pour cent des cancers sont liés à une exposition dans l’environnement (notamment la pollution, le rayonnement ultraviolet, l’exposition professionnelle et les produits de consommation). L’OMS estime que de 10 pour cent à 23 pour cent des cancers chez la femme dans les pays développés, comme le Canada, sont causés par une exposition à des produits toxiques dans l’environnement qui peut être évitée.

Bien que l’on juge que les recherches dans ce domaine en sont à leur début et que le risque attribuable n’est bien quantifié, le Dr Samuel Epstein, spécialiste des contaminants environnementaux et du cancer depuis plus de 40 ans, soutient que l’exposition dans l’environnement est à l’origine de plus de 80 pour cent des cancers.